Coopération du BATRAL La Grandière avec les garde-côtes de l’île Maurice

Dans le cadre de son entrainement individuel entamé fin novembre, le BAtiment de TRAnsport Léger (BATRAL) « La Grandière » a mené, avec les gardes côtes mauriciens, une triple action de coopération : un exercice de déploiement de barrage flottant lors d’une action anti-pollution, une mise en œuvre de l’équipe de visite lors d’un VISITEX (exercice consistant à effectuer le contrôle en mer d’un navire) sur une vedette mauricienne et une séance d’appontages avec une alouette III.

L’exercice anti-pollution s’est déroulé dans les approches de Port Louis. Les gardes-côtes ont pu embarquer leur matériel à bord du « La Grandière » et ainsi utiliser son large pont milieu pour le gonflage des différents tronçons du barrage. Grâce à un compresseur embarqué pour l’occasion, 6 tronçons de 18 mètres ont pu être gonflés. Leurs jonctions, réalisées via des glissières, ont permis d’obtenir un barrage flottant d’une centaine de mètres environ. Ce dernier a été déployé depuis le BATRAL par des embarcations afin de contenir une nappe fictive et d’éviter ainsi la pollution du milieu marin. Cet exercice a offert à l’équipage une occasion de se familiariser avec le matériel et les procédures de mise à l’eau d’un barrage flottant, confirmant que le Batral « La Grandière » peut offrir une réponse efficace aux pollutions maritimes.
JPEG
La journée s’est poursuivie par le déploiement de l’équipe de visite sur un "navire suspect" joué par une vedette des gardes-côtes mauriciens. La mécanisation et l’acquisition des actions réflexes nécessaires à ce type d’intervention ont permis de mener avec succès les phases clés de l’intervention : balancement de l’organisation, embarquement et débarquement de l’équipe de visite en sécurité, cheminement et positionnement des embarcations auprès du navire suspect, fouille du bâtiment puis repli d’urgence. Cet exercice a fait la démonstration du savoir-faire français auprès des forces mauriciennes qui se sont montrées très réceptives et désireuses de parfaire leur connaissance dans ce domaine.
JPEG
La coopération s’est terminée par une séance d’appontages dits encore « touch and go » avec un hélicoptère mauricien. Cet exercice est le résultat d’une longue étude de faisabilité auprès d’ALAVIA (autorité de la Marine Nationale en charge spécifiquement de l’aéronautique navale), validant l’entraînement entre une alouette III mauricienne type Chetak et le « La Grandière ». Outre la mise en place d’une liaison spécifique sur fréquence aéronautique pour communiquer avec l’hélicoptère, la séance a permis de dérouler plusieurs phases d’appontage et de décollage, avec et sans saisinage. La chaîne aéronautique a été sollicitée dans son ensemble, contribuant à entretenir ses réflexes dans une manœuvre qui reste délicate.
Ces actions de coopération ont permis de renforcer l’interopérabilité entre les gardes-côtes de l’île Maurice et les bâtiments de la Marine Nationale basés à la Réunion.
JPEG

Dernière modification : 05/06/2015

Haut de page