La biodiversité au cœur de la coopération entre l’Union Européenne et Maurice

La biodiversité, qu’elle soit terrestre ou marine, qu’il s’agisse de plantes ou d’espèces animales, est indéniablement liée au bien-être des populations et à la santé de la planète. Elle représente notre patrimoine naturel commun que nous devons protéger. Pourtant cette biodiversité qui nous est si essentielle est gravement menacée par l’activité humaine. L’homme sera-t-il ainsi à l’origine de la sixième extinction de masse de la biodiversité ?

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), les forêts couvrent près d’un tiers de la surface terrestre de la planète. Elles sont source de nombreux services et de biens dont dépendent près de 1,6 milliards de personnes pour leur subsistance. Elles ont également un rôle crucial pour la protection de l’environnement : elles constituent un élément essentiel de la biodiversité, car elles abritent 85% de la biodiversité terrestre mondiale.

À Maurice, les forêts – et leur protection - revêtent une importance stratégique pour plusieurs raisons.

A ce jour, il n’existe que 2% de forêts primaires à Maurice. La protection et la préservation des forêts primaires – en tant que foyer de la biodiversité terrestre - sont donc nécessaires et urgentes. Elles sont aujourd’hui prises en compte, à juste titre, dans les politiques nationales telles que la Stratégie nationale de la biodiversité et son plan d’action (2017-2025), qui s’aligne sur les objectifs fixés par l’UICN (Objectifs AICHI pour 2020). A travers son programme d’appui (qui est actuellement en phase d’approbation), qui consiste à rétablir la couverture des forets primaire à Maurice, l’Union européenne (UE) a pour objectif d’accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre de cette politique.

L’Union européenne et le gouvernement mauricien ont établi un dialogue politique de haut niveau sur le changement climatique dont l’un des objectifs est d’augmenter la superficie couverte par les forêts primaires, y compris des mangliers, pour améliorer la résilience climatique des écosystèmes naturels. Ce programme de plantation d’arbres soutenu par l’UE entre ainsi dans le cadre de ce dialogue politique et fait partie de la contribution nationale déterminée que Maurice a présentée en 2015 pour la COP 21.

Retrouvez l’article complet sur le site de la Délégation Européenne.

Dernière modification : 22/05/2020

Haut de page