Première Journée européenne de la diplomatie climatique à Maurice

La première Journée européenne de la diplomatie climatique à Maurice, co-organisée par la Délégation de l’Union européenne, le Haut-Commissariat britannique et l’Ambassade de France s’est tenue le 17 juin 2015.

JPEG

Dans le cadre de cette journée, 78 élèves de 26 lycées mauriciens ont participé à la première simulation d’un Conseil de l’Union européenne à Maurice. M. l’Ambassadeur de France, Laurent GARNIER, a rappelé lors de la cérémonie d’ouverture le rôle que les jeunes ont à jouer dans la lutte contre le dérèglement climatique. Mme Leela Devi DOOKUN-LUCHOOMUN, Ministre de l’Education, des ressources humaines, et de l’Education tertiaire, M. Eduardo CAMPUS-MARTIN, chargé d’affaire de la Délégation de l’Union européenne sont également intervenus.

JPEG

La simulation avait pour objet le vote d’une aide financière de 30 millions d’euros à la République de Maurice, lui permettant de mettre en place un programme d’adaptation au changement climatique. La journée s’est répartie en trois sessions lors desquelles les élèves ont exprimé l’avis de leur pays :
- Le montant de l’aide financière.
- Amélioration du cadre législatif.
- La coopération entre les Etats membres et la République de Maurice dans le domaine de l’action climatique.
A l’issue de la simulation, l’équipe du Royal College de Port Louis représentant la Slovénie, a été élue équipe gagnante par le jury composé de représentants du gouvernement mauricien, du Haut-Commissariat Britannique et de l’Ambassade de France.

JPEG

Cette simulation a été suivie dans la soirée par un cocktail célébrant le lancement du calculateur d’empreinte carbone offert par le Haut-Commissaire britannique, Jonathan DREW, au cours duquel sont également intervenus l’Ambassadeur de France, Laurent GARNIER, le Ministre de l’Environnement, du Développement Durable, de la Gestion des Catastrophes et des Plages, Raj Dayal, et le chargé d’affaire de la Délégation de l’Union européenne, M. Eduardo CAMPUS-MARTIN. Cet outil a pour ambition d’aider Maurice dans sa stratégie long-terme de réduction des émissions de CO2. Il apparait comme complémentaire à l’aide technique qu’apportera la France à Maurice pour la rédaction de sa « contribution nationale ».

Dernière modification : 18/06/2015

Haut de page